Articles de presse

Vive l'Alagnon interpelle les élus sur la qualité de l'assainissement dans le Cantal
Auteur(s): Yann Bayssat - Journal La Montagne 15 Janvier 2023


image utilisateur


Cliquer pour accéder à l'article en ligne


Active pour la préservation du bassin-versant de la rivière depuis plus de 15 ans, l’association Vive l’Alagnon veut concentrer ses efforts, cette année, sur la question de l’assainissement. Et entend sensibiliser les élus.

Hervé Brun ne veut pas polémiquer, ni pointer du doigt telle ou telle commune. Mais le président de Vive l’Alagnon, inlassable défenseur de la qualité de cette rivière depuis 2006 (voir par ailleurs) s’est fendu d’une lettre ouverte aux élus pour les sensibiliser sur ce qu’il estime être l’urgence absolue pour la préservation du cours d’eau : l’assainissement.
Lettre ouverte

Dans ce courrier, on peut y lire que « la maîtrise des pollutions diffuses agricoles mais aussi des pollutions domestiques issues des rejets d’agglomération est un enjeu majeur pour la sauvegarde des espèces piscicoles présentes, car dans beaucoup de cours d’eau français, ces espèces ont régressé ou ont disparu en raison de ce type de nuisances.

"Or si l’on considère le fonctionnement des stations d’épuration du territoire sur des paramètres techniques, moins de la moitié de celles-ci sont dans un état bon à correct."

Le gouvernement prévoit de rendre obligatoire la publication du rapport sur le prix et la qualité des services concernant l’assainissement pour toutes les communes, y compris pour celles inférieures à 3.500 habitants.
Il nous semble donc que 2023 doit être l’année de l’engagement des élus du bassin-versant de l’Alagnon à garantir la maîtrise de l’assainissement de leur commune pour une qualité de l’eau propice à la sauvegarde des espèces piscicoles, si chères à la population locale et génératrice d’un tourisme “vert” durable. »

Qualité et transparence

Hervé Brun fixe ainsi deux objectifs : une meilleure qualité d’assainissement, et plus de transparence. Car il déplore « qu’on n’ait aucune information, aujourd’hui, sur les stations d’épuration des communes de moins de 3.500 habitants. Cela devrait changer, suite à une directive européenne et c’est tant mieux. En particulier pour l’Alagnon car ce sont des plus petites communes qui le bordent. Il suffirait qu’on ait certains indicateurs, comme l’indice de production des boues, pour mesurer la quantité du travail à accomplir. » Et il pense qu’il y en a, au point d’appeler à « un plan Marshal de l’assainissement. Des efforts ont été faits sur l’épandage agricole, les éleveurs ayant montré beaucoup de bon sens, aux élus de suivre désormais. »
Des investissements d’autant plus nécessaires que, selon lui, 

"il faut prendre conscience qu’on vit sur un territoire exceptionnel, dont la nature est si riche, ce qui est une de nos forces. Mais la situation reste fragile. Et si on n’agit pas vite, avant que les problèmes ne soient visibles, tout peut s’écrouler, la qualité de l’eau, sa richesse en espèces…" 

Yann Bayssat




3 visiteurs | 2360130 pages vues | 4 requêtes | 0.0065s
Vive l'alagnon - vvs - Copyright© by "Virtual Dream Corporation" 2023, tous droits réservés.