Le Journal de l'Alagnon

Des salades !
Auteur(s): Hervé 13 Mai 2011

Culture de salades dans le lit de l’Alagnon


La pollution visuelle de l’Alagnon est surtout visible à la fin de l’hiver et lors du printemps sous la forme de dépôts brunâtres, parfois gluants, recouvrant la totalité du lit du cours d’eau, ces dépôts devenant blanchâtres et adhérant aux cailloux après assèchement forment un liseré blanc vif de chaque côté des berges sur plusieurs centimètres de hauteur en fonction de la baisse des eaux. Il s’agit de la prolifération de diatomées favorisées par un excès de nutriments (nitrates, phosphates…)

image utilisateur image utilisateur image utilisateur


Comme vous, je fais cette constatation chaque année avec dépit. Il existe toutefois un phénomène nouveau depuis deux ou trois ans avec l’apparition de petites algues vertes longues de quelques centimètres, accrochées sur les cailloux en plein courant. Ces algues vertes deviennent rapidement le cauchemar des pêcheurs, occasionnant accrochage, souillure systématique des hameçons. Ce nouvel élément signe très probablement une eutrophisation encore plus marquée des cours d’eau à une période donnée. Les algues semblent disparaitre avec les crues printanières suivantes qui finissent par nettoyer les cailloux. Cette année, malheureusement, les débits sont relativement bas et les pluies se font attendre. A ce rythme nous verrons peut être pousser un jour des salades dans le lit de l’Alagnon.

image utilisateur image utilisateur image utilisateur


Les prélèvements ponctuels, réalisés sur l’Alagnon, sont trop espacés dans le temps pour mettre en évidence ces pics de pollution par nitrates et phosphates. L’intérêt d’une sonde de mesures en continue des nitrates et phosphates, est indispensable pour déceler ces variations de pollution et expliquer cette forte eutrophisation par périodes. Ces élévations brutales de nitrates et phosphates (certainement supérieures aux seuils tolérés) sont sans doute liées aux pratiques d’épandage, après lessivage des prairies à la fin de l’hiver, et aux dysfonctionnements des systèmes d’assainissement.

L’association Vive l’Alagnon, membre de la CLE du SAGE Alagnon, va faire la demande d’acquisition d’une sonde de mesures des nitrates et des phosphates en continue en complément des outils déjà mis en place pour le suivi de la qualité de l’eau. Une seule sonde positionnée sur le cours moyen de l’Alagnon est suffisante pour apprécier la fluctuation des nitrates et les phosphates dans le temps. Une telle analyse permettrait de mieux appréhender les problèmes de pollution dont sont victimes nos cours d’eau.

Hervé



10 visiteurs | 1301315 pages vues | 3 requêtes | 0.0071s
Vive l'alagnon - vvs - Copyright© by "Virtual Dream Corporation" 2019, tous droits réservés.