SAGE Alagnon

Contribution au SDAGE Alagnon
Contribution de Vive l'Alagnon aux travaux SNCF
Créé le 10 Octobre 2021

Avis de l'association vive l'Alagnon transmis à la CLE du SAGE Alagnon sur le dossier de demande d'autorisation environnementale déposé par SNCF Réseau concernant des travaux de protection des berges de l'Alagnon dans le Cantal en 2022 et 2023.
Association de protection de la rivière Alagnon et de ses affluents sur les trois départements Cantal, Haute-Loire, et Puy-de-Dôme.
Membre de la CLE du SAGE Alagnon




L'association Vive l'Alagnon a pris connaissance du dossier SNCF de réfection et de protection des berges le long de l'Alagnon.

INCIDENCES

Nous souhaitons insister sur le risque potentiel majeur que représentent ces travaux pour les populations piscicoles. Le dossier SNCF est très incomplet et ne prend pas en compte le caractère exceptionnel des espèces présentes. En effet, l'Alagnon abrite dans ses eaux une nouvelle espèce décrite par Henri Persat et inscrite à l'INPI sous le nom de thymalus ligéricus. Cette espèce est uniquement présente dans le bassin de la Loire, sur l'Alagnon, l'Allier et quelques afluents. L'Alagnon possède le plus grand linéaire de rivières avec présence d'ombres. La densité la plus importante de ces poissons est sans aucun doute localisée sur le secteur entre Neussargues et Massiac, portion de cours d'eau concernée par onze sections de travaux SNCF. Une pollution accidentelle serait catastrophique pour l'espèce. L'inventaire piscicole par point réalisé par la SNCF n'est pas adapté à cette espèce qui se déplace en pleine haut et ne reflète, en aucun cas, la densité de poissons présents. (4 ombres capturés sur les onze secteurs prospectés). L'association vive l'Alagnon demande que le dossier SNCF prenne en compte cette nouvelle espèce et fasse sa bibliographie sur le sujet.

MESURES EVITEMENT ET REDUCTION DES INCIDENCES


En conséquence, toute atteinte des milieux aquatiques par excès de matières en suspension MES, par diminution du débit du cours d'eau, par pollution accidentelle, par augmentation de la température de l'eau devra être proscrite. En ce qui concerne les excès de MES, la règle 5 du SAGE Alagnon " encadrer les rejets de carrières" stipule : "Les rejets doivent respecter une concentration en MES inférieure ou égal à 35 mg/l". Ce taux maximum de 35 mg/l doit faire référence et charge à la SNCF de prendre les mesures adaptées pour ne pas dépasser ce seuil.
La SNCF se doit de garantir un débit minimum pour la survie des espèces piscicoles les plus sensibles tel l'ombre commun. Conformément à la règle2 du SAGE Alagnon " encadrer les débits réservés", il conviendrait d'interrompre les travaux pour une valeur du débit comprise entre le 1/10° du module et le QMNA5 du cours d’eau, en prenant référence la station de Joursac (située à l'amont des travaux), sans attendre un arrêté "sécheresse". Il convient donc de définir un débit minimum biologique qui définira l'arrêt des travaux contrôlé par la station de Joursac.
Les pollutions accidentelles doivent être prévenues par un stockage à distance du cours d'eau des produits toxiques tels que les ciments et hydrocarbures et des engins de chantier en respectant la gravité pour éviter un écoulement, en protégeant les réservoirs des engins amenés à travailler dans le cours d'eau.
Enfin, des mesures de la température de l'eau sont nécessaires pour garantir la survie des espèces aquatiques (fréquence et réalisation lors de phase de travaux à risque à définir).
En ce qui concerne la gestion du chantier, la SNCF ne s'étend pas sur les mesures mises en place. Elle signale simplement : "mise en pratique de mesures de prévention classiques des pollutions". Nous demandons des précisions sur ces mesures classiques : quelles sont ces mesures ? quel type de batardeaux seront utilisés ?
"Concernant les eaux d’infiltration dans le batardeau, un pompage devra être mis en place avec un rejet vers un bassin tampon équipé d’un filtre (merlon en graviers lavés ou autre dispositif) permettant de limiter au maximum les apports vers l’aval." Nous demandons à la SNCF de préciser la façon de traiter ces eaux d'infiltration, en listant les différents dispositifs possibles (à valider ensuite avec le sage et un laboratoire d'étude).
Nous souhaitons savoir comment sera choisi le laboratoire d'étude chargé de l'assistance environnementale, comment seront effectués les prélèvements en MES (distance avec la source).
Concernant le comité de suivi, un membre de la CLE du SAGE sera t'il autorisé à suivre le chantier avec le laboratoire ?

MESURES DE COMPENSATION

Enfin, concernant les mesures de compensation, la SNCF propose de réaliser des acquisitions foncières et propose de provisionner le cas échéant une ligne budgétaire spécifique pour le financement d’actions : celles-ci pourraient concerner la réalisation de travaux de restauration de la continuité ou encore la mise en place d'un observatoire de Thymalus Ligéricus sur l'Alagnon.

"Depuis 1993, SNCF Réseau a été amené à réaliser plusieurs aménagements de protection de berges sur l’Alagnon. Ainsi tous ces aménagements ont conduit à la destruction d’environ 9 960 m² d’habitats aquatiques sur l’ensemble du linéaire de l’Alagnon. Ainsi la perte d’habitats aquatiques est susceptible d’engendrer une incidence notable sur les espèces piscicoles et notamment le Chabot, la Lamproie de Planer et le Saumon atlantique." (Et bien sûr la truite et notre ombre commun)
En conséquence, nous demandons que la SNCF mette en place des méthodes vertueuses pour le traitement des végétaux, en réduisant encore l'utilisation des herbicides, en proposant des techniques alternatives. en utilisant systématiquement des trains desherbeurs munis de Gps et de caméras.
L'association Vive l'Alagnon souhaite que ses remarques soient inscrites dans le rapport d'avis de la CLE du SAGE Alagnon concernant la demande d'autorisation environnementale déposée par la SNCF pour la réalisation de ses travaux de régénération en 2022, 2023.


Hervé Brun
Président de l'association vive l'Alagnon
Association de protection de la rivière Alagnon et de ses affluents sur les trois départements Cantal, Haute-Loire, et Puy-de-Dôme.



11 visiteurs | 2303403 pages vues | 4 requêtes | 0.0072s
Vive l'alagnon - vvs - Copyright© by "Virtual Dream Corporation" 2022, tous droits réservés.